978-2-36724-004-6

C’est le numéro ISBN fourni par l’Agence Francophone pour la Numérotation Internationale du Livre (AFNIL) pour la publication, dans sa version numérique du prochain ouvrage à paraître chez Aranea Éditions.

pay1-1

A peine achevée l’inauguration de notre studio photo/graphisme partagé, nous sommes délibérément retournés dans l’ombre afin d’avancer sur nos autres projets. Profitons néanmoins d’un moment de pause pour remercier les personnes qui nous enchantèrent de leur présence. Presque toutes celles conviées firent le déplacement. Un ami bienveillant s’étonna : “pourquoi ne pas avoir imaginé un plan presse à cette occasion ?” Parce que si notre travail revêt un quelconque intérêt, nous préférons être “découverts” pour ce que nous faisons sans nous afficher de manière trop ostentatoire. Ce sera notre ligne de conduite, dénuée d’artifices, d’emballages médiatiques montés de toutes pièces. Laissons au lecteur, à l’auditeur ou à la critique, l’inestimable et authentique plaisir du défrichage. Le bonheur de la reconnaissance par autrui d’une démarche parfois patibulaire n’en sera que plus grand. De ce secret espoir naît le besoin et la luxueuse possibilité de prendre notre temps. C’est ainsi que Du lange au linceul aurait pu paraître au mois d’octobre.
Après la concrétisation prometteuse du projet Aranea Studio, nous aurions battu le fer pendant qu’il était encore chaud avec la publication d’un nouvel ouvrage en donnant l’illusion d’un dynamisme souvent bien perçu, mais qui n’est en réalité qu’asservissement aux règles stratégiques et commerciales de notre temps et gesticulations pathétiques. Nous aurions, comme nombre de nos contemporains de la culture intégrée au marché, brassé beaucoup de vent, occupé l’espace médiatique local, pompant tels de stupides shadoks, nous emplissant de notre propre air pollué d’un existentialisme imbécile pour muer en grenouille voulant se faire aussi grosse que le bœuf.
La réalité, c’est qu’à peu près personne ne nous attend. C’est une chance inouïe et un privilège verdoyant dans un monde rocailleux fabriquant sans cesse de nouveaux besoins primaires, tout à fait dispensables, pourtant. Laissons pousser de nouvelles plantes dans le champ des possibles, et laissons-les se faire cueillir, demain, un jour ou jamais, au gré des/errances humaines. Les dates de publication annoncées ne valent que pour nous-même. Elles ne sont que des balises qui nous aident à avancer sans tomber dans les abîmes de la procrastination. Elles ne doivent pas se révéler comme des limites à la création et au développement de projets.
Nous aurions pu simplement publier un livre numérique avec une édition imprimée en tirage limité. Mais une fois le travail achevé, un autre chemin s’est ouvert. L’idée d’un couplage rassemblant textes et photographies. L’idée d’une tournée photographique pour un livre à la circularité brisée. Au temps de la réflexion succède le temps des repérages, des brouillons de photos prises sans trop  de caculs, puis de la remise en cause de textes faussement gravés dans le marbre et l’envie de nouvelles mal-saintes écritures. Il existe dans le Loiret des paysages forestiers qui expriment l’aridité de l’humanité avec davantage de vérité que le désert de Gobi trahi par son sable caressant, ses nuages enveloppants et son horizon infini. Un jour, très bientôt, nous irons capter les traces du néant en expansion sur les terres Orléanaises. Et nous les intégrerons dans ce livre. Comme des preuves, peut-être. Ou comme un témoignage. Un jour, un lecteur l’ouvrira. Qui sait ce qu’il se passera ?

Read More