T’as voulu voir Vierzon et on a… lu Beurion !

C’est un peu embêtant : la sortie de « Ta Belgitude… Ma Vierzonitude » intervient en pleine période de grandes gesticulations de la sacro-sainte industrie du livre. Eh oui, c’est la « rentrée littéraire ». Pas loin de 600 bouquins vont tenter de se faire une place dans les supermarchés de la culture. Dans un mois, la plupart auront droit au pilon. Un peu à l’écart de cette agitation, nous vous présentons une émanation précieuse de l’esprit de Rémy Beurion, qui représente une bonne dizaine d’années de travail.

Rémy Beurion et sa chemise « Bleu Tardis ». Un signe des Seigneurs du Temps.

Avoir Brel dans son ADN. Lorsqu’en 1968 les premières notes d’accordéon de Marcel Azzola lancèrent l’onde de choc d’un tube planétaire repris à ce jour en plus de 150 versions différentes, l’histoire de Vierzon se lia soudainement et intimement à celle de Jacques Brel. Car si la chanson s’intitule Vesoul, c’est bien de Vierzon dont il est question dès le premier vers : « T’as voulu voir Vierzon et on a vu Vierzon… ». Pour Rémy Beurion, vierzonnais de naissance et biberonné aux chansons de Jacques Brel, il n’y a pas de hasard dans l’évocation de Vierzon, mais de nombreux mystères. Pourquoi intituler Vesoul une chanson qui commence par Vierzon ? Pourquoi les vierzonnais ont-ils vécu cette allusion comme un affront ? Jacques Brel a-t-il vu Vierzon ?

En 2008, Rémy Beurion se lance dans la création d’un blog qu’il baptise « Vierzoul » et tente de répondre à ces questions entêtantes. Dix ans plus tard, les chroniques et réflexions portées par Vierzoul donnent naissance à un essai épistolaire foisonnant de poésie et d’amour pour le grand Jacques et la ville de Vierzon. La publication de « Ta Belgitude… Ma Vierzonitude » chez Aranea Éditions coïncide avec le 40ème anniversaire de la disparition de Jacques Brel et les 50 ans de la chanson Vesoul. C’est le moment pour réconcilier définitivement la ville de Vierzon avec son Jacques Brel. C’est le moment pour donner à Jacques Brel la place qu’il mérite vraiment à Vierzon.

Ce livre où chaque phrase est travaillée comme une pièce d’orfèvrerie aurait mérité un grand éditeur. Encore que, à l’instar du Tardis, nous pouvons prétendre être plus grands à l’intérieur. D’ailleurs, nous n’éditons pas des livres, Cds et photographies ; nous éditons des Tardis. Des machines en papier qui nous ouvrent les portes du temps à relativité dimensionnelle inter-spatiale. Time And Relative Dimension In Space.

C’est finalement vers Aranea Editions que Rémy Beurion s’est tourné et nous en sommes particulièrement fiers. C’est un cadeau précieux. Nous ferons de notre mieux pour le partager avec les esprits les plus voluptueux qui peuplent encore notre planète. Les autres pourront toujours se brûler les yeux avec les dernières productions littéraires de saison. Nous n’avons cure de ces incurables morts-vivants.

Il s’agit du sixième ouvrage de Rémy Beurion et c’est sans doute celui où il a pu exprimer avec le plus d’amplitude son talent d’écriture. Rémy Beurion est un homme inclassable, libre et authentique. C’est aussi un auteur magnifique qui signe, avec « Ta Belgitude… ma Vierzonitude », sa plus belle preuve d’amour pour Vierzon et Jacques Brel.

A Vierzon, il n’y a pas de cathédrale, mais ce sont ses habitants qui mériteraient d’être classés au patrimoine mondial de l’UNESCO tant ils dégagent une aura particulière. Cette ancienne cité ouvrière respire l’humanité quand la préfecture voisine empeste la prétention des has been. C’est sans doute la raison pour laquelle il est possible de décréter sans commettre aucune forfaiture que le seigneur du temps connu sous le nom de Jacques Brel est incontestablement un Vierzonnais dans l’âme.

« Ta Belgitude… ma Vierzonitude » s’affiche en 210×140 mm. Mais il sera infiniment plus grand lorsque vous y plongerez les yeux et il vous fera voyager en vos terres intérieures encore inexplorées. Vous voilà prévenu(e).

Ta Belgitude… Ma Vierzonitude. Rémy Beurion. Aranea Editions.

Read More

Leave a Reply

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.